L’île d’Oléron est à 10 km de l’estuaire de la Gironde et fait partie de l’archipel charentais, avec les îles de Ré, d’Aix, Nôle et Madame. L’île riche en paysages, en biodiversité, en patrimoine historique… Incontestablement, c’est une destination par excellence pour les amoureux de la mer. Certes, il y a mille manières de découvrir l’île d’Oléron, mais pour changer, vous pourrez découvrir l’île par ses fonds marins. Le paysage sous-marin est riche en grottes et canyons, mais surtout riche en épaves.

Epave du vaisseau Sauerland

Votre camping à l’ile d’Oléron vous offre une large gamme d’activités pour passer des vacances intéressantes. C’est bien. Profitez-en, mais prenez aussi du temps pour vous afin d’explorer l’île. Lorsque vous sortez du camping de l’île d’Oléron, allez en ville ou à la plage. En ville, appréciez les habitants, le patrimoine culturel, architectural et gastronomique. A plage, bronzez, faites du surf ou du windsurf et pourquoi ne pas faire de la plongée ? Plongez à 24 miles à l’ouest de la Rochelle pour découvrir l’épave de Sauerland qui repose à une profondeur de 35 mètres. Attention, il faut avoir un niveau II en plongée pour l’explorer en toute sécurité. En effet, le site est exposé à la houle. L’épave mesure plus de 150 mètres en longueur. Historiquement, le Sauerland a été conçu comme céréalier en 1929. Mais à l’entrée en guerre de l’Allemagne en 1939, il a été transformé totalement pour devenir le « briseur de blocus » ou Speerbrecher. Il a été coulé par une torpille en plein travers par un navire polonais en 1944. L’étrave a été bien conservée et est restée en position verticale. Les congres et les homards viennent pour y trouver refuge.

Epaves de vapeurs

Ils se trouvent généralement au nord-ouest de l’île d’Oléron. Il s’agit surtout des vapeurs qui ont fait naufrage aux abords de l’île en tentant de rallier La Rochelle ou Bordeaux. Ces bateaux ont coulé au cours de la première guerre mondiale et leurs épaves sont actuellement la demeure des homards, tourteaux et raies. Partez explorer au cours d’une plongée sous-marine les épaves du vapeur du Recoin, le Henri avec son gouvernail horizontal, le Chefmalière et sa machinerie en position verticale, ou encore les trois mâts de Francesco (la Côtinière).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *